Autoportraits2019-02-23T08:01:51+00:00

Autoportraits

Autoportraits

Autoportrait : Vision et représentation d’un artiste dans l’art de son choix par l’artiste lui-même.

À la recherche de son identité, Pépé Maurice devient fantôme. Au collège, grâce aux fameux ordi 35 il fait quelques autoportraits dans sa chambre : mise en scène, personnages, maquillage extrême ou poils sur le visage.

Une question germe et persiste dans son esprit : « Qui suis-je ? »
Dans la crainte de ne rien ressentir et de ne pas être expressif, il décide la Création, à la recherche de lui-même dans son entièreté par le biais des autoportraits photographiques et vidéos. Une échappatoire, un espoir, un remède. Donner à son inconscient le droit de s’exprimer en pleine conscience.

Rendre l’absent présent.

Une introspection. Accepter et comprendre ses gestes, ses actions, ses pensées, ses idées, son passé, les changements de son corps à travers le temps et l’espace ; et l’envie de sortir de l’ombre, futur, s’extraire de lui-même.

Rendre sensibles ses questionnements obsédants, ses angoisses persistantes, son besoin de reconnaissance, son sentiment de culpabilité et de frustration imprimés sur et dans son corps et son âme. Quel est le bon du mauvais ? Les limites qu’impose une vie en société ? Il se perd entre rêve et Réalité, exactement de la même manière qu’Alain Chabat dirigé par Quentin Dupieux.

Il enchaîne les clichés à la façon de Nino Quincampoix, une volonté de contrôler l’incontrôlable. Se déconstruire pour se construire. Non pas pour être beau mais pour être véritablement vrai.

Grâce à sa première vidéo autoportrait « Gratitude » qu’il ose poster sur le net après des nuits d’appréhension, il dévoile au monde l’une des  nombreuses expressions de son genre, bien que toujours Hermite dans sa chambre, Fennec, Chauve-souris. À la suite, une seconde vidéo « Lame sans chiffre » où il met en mouvement son corps et son histoire dans un espace impersonnel et minimaliste, le Fou du roi.

Autoportrait : Vision et représentation d’un artiste dans l’art de son choix par l’artiste
lui-même.

À la recherche de son identité, Pépé Maurice devient fantôme. Au collège, grâce aux fameux ordi 35 il fait quelques autoportraits dans sa chambre : mise en scène, personnages, maquillage extrême ou poils sur le visage.

Une question germe et persiste dans son esprit : « Qui suis-je ? »
Dans la crainte de ne rien ressentir et de ne pas être expressif, il décide la Création, à la recherche de lui-même dans son entièreté par le biais des autoportraits photographiques et vidéos. Une échappatoire, un espoir, un remède. Donner à son inconscient le droit de s’exprimer en pleine conscience.

Rendre l’absent présent.

Une introspection. Accepter et comprendre ses gestes, ses actions, ses pensées, ses idées, son passé, les changements de son corps à travers le temps et l’espace ; et l’envie de sortir de l’ombre, futur, s’extraire de lui-même.

Rendre sensibles ses questionnements obsédants, ses angoisses persistantes, son besoin de reconnaissance, son sentiment de culpabilité et de frustration imprimés sur et dans son corps et son âme. Quel est le bon du mauvais ? Les limites qu’impose une vie en société ? Il se perd entre rêve et Réalité, exactement de la même manière qu’Alain Chabat dirigé par Quentin Dupieux.

Il enchaîne les clichés à la façon de Nino Quincampoix, une volonté de contrôler l’incontrôlable. Se déconstruire pour se construire. Non pas pour être beau mais pour être véritablement vrai.

Grâce à sa première vidéo autoportrait « Gratitude » qu’il ose poster sur le net après des nuits d’appréhension, il dévoile au monde l’une des nombreuses expressions de son genre, bien que toujours Hermite dans sa chambre, Fennec, Chauve-souris. À la suite, une seconde vidéo « Lame sans chiffre » où il met en mouvement son corps et son histoire dans un espace impersonnel et minimaliste, le Fou du roi.

Scroll Up